Historique

Depuis 1979

Présentation

Après un essai officieux mais encourageant en 1979, la course pédestre Neirivue-Le Moléson vit le jour officiellement en 1980.

Très tôt, les spectateurs purent se rendre compte de la valeur des performances réalisées. En effet, alors que le panneau indicateur placé à la gare de Neirivue annonce : 04h15 de marche jusqu’au Moléson, il n’avait pas fallu au premier vainqueur de l’épreuve, Michel Marchon, plus d’1 heure, 4 minutes et 19 secondes pour rallier le sommet.

Durant les dix-huit premières années de son existence, la course pédestre Neirivue-Le Moléson a connu un développement régulier, tant au niveau du nombre des concurrents qu’au plan de la qualité de ceux-ci. D’ailleurs, le record de l’épreuve a été régulièrement amélioré.

 

Un parcours pour les coureurs

Toujours à l’écoute des coureurs, les organisateurs ont modifié plusieurs fois le parcours. Ainsi, afin d’éviter tout danger dans la dernière pente menant au Moléson, côté Neirivue, l’arrivée fut jugée, dès 1983, à Plan Francey.

Le parcours magnifique assurait une participation toujours plus importante. Toutefois, avait-on le droit d’appeler Neirivue-Le Moléson une course qui se terminait à Plan Francey ? Les coureurs, bien que satisfaits du tracé et de leurs performances, jetaient tous une fois l’arrivée franchie, un regard d’envie vers le sommet qui semblait les narguer.

Une fois de plus, bien que le parcours eût permis à la FSG Neirivue d’organiser, en 1985, la finale du championnat Suisse de la montagne, un coup de pocker fut tenté et, lors de la remise des prix de l’édition 1986, on annonça aux coureurs que, l’année suivante, ils devraient parcourir environ 8 kilomètres de plus et «ingurgiter» 500 mètres de dénivellation supplémentaire.

Le succès de la première édition organisée sur le nouveau parcours encouragea les membres de la FSG Neirivue à poursuivre sur cette voie.
En 1988, la promotion de la course en catégorie « supercime » du championnat d’Europe de la montagne, apporta la preuve que ce choix était le bon. On enregistra même une augmentation du nombre des participants de près de 30 %.

 

 

Grand Prix de la Montagne (GPM) dès 1989

Une simple consultation du calendrier édité par la fédération suisse d’athlétisme suffit pour comprendre qu’une organisation impeccable et une ambiance sympathique ne suffisent plus à attirer les coureurs populaires ou confirmés. En effet, pas moins de 20 courses, dont 7 de montagne, étaient organisées en Suisse entre le 19 et le 20 août 1989.

Aussi, après avoir obtenu certaines garanties de la part des initiateurs du projet, les organisateurs de la course Neirivue-Le Moléson n’ont pas beaucoup hésité à se jeter dans une nouvelle aventure, celle du Grand Prix de la Montagne (GPM).

Cette compétition est destinée à offrir, aux coureurs d’élites comme aux populaires, la possibilité de se mesurer dans une compétition regroupant cinq courses.
Les participants peuvent ainsi découvrir plusieurs régions de la Suisse Romande mais n’ont pas pour autant à parcourir des distances importantes.

 

Le grand «chambardement»

1991 année importante pour la direction de la course, car pour la première fois elle organise le championnat fribourgeois de la montagne. Une course pour écoliers qui manquait à la course Neirivue-Le Moléson, a vue le jour en 1993. Cette année-là fut aussi notre dernière année GPM dont la gestion ne nous convenait plus.

En 1994, Neirivue-Le Moléson est choisie pour la deuxième fois comme « supercime » pour le championnat d’Europe de la montagne.
La course Neirivue-Le Moléson prit un nouveau virage dès 1994. Elle passa de 20 à 15,8 km puis même à 10,6 km en 1996. La dénivellation, elle, ne changeait pas. Après mûre réflexion, le comité de la course décida un changement de date et de nom de la course.

La date passa du troisième dimanche d’août au premier dimanche de juillet.
Pour mieux caractériser la course, elle s’appelle désormais :
«Course de montagne Neirivue-Le Moléson».

 

Participation internationale

Si le nombre de coureurs varie entre 150 et 800, la course s’est surtout fait une réputation grâce à la participation d’athlète de grands renoms. Pour que vous puissiez vous faire une idée, nous pouvons citer les noms de Jairo Correa, Alexis Gex-Fabry, Jacinto Lopez, Jean-François Cuennet, Tesfaye Edioha, Charly Doll, Thierry Icart, Svetlana Netchaeva, Angela Mudge, Jonathan Wyatt, Marco De Gasperi, Martin Cox, Helmut Schiessl, Gabriele Abate, Alex Baldaccini, Emanuele Manzi, Valentina Belotti, Roman Skalsky, Georges et Edouard Burrier, Padua Rodriges Saul Antonio, Martina Strähl, Laura Hrebec, Magali Di Marco, Monika Fuerholz, Renaud Jaillardon, Maude Mathys, Robbie Simpson, Jakob Adkins (liste non exhaustive).

 

Coupes et championnats pour lesquels la course a compté

  • Coupe « La Gruyère » dès 1979
  • CIME (Championnat d’Europe de la Montagne) dès 1981
  • Coupe fribourgeoise des courses hors stade 1992, 1996, 1999, 2002, 2004, 2007, 2010, 2012 et 2015
    (tournus entre les organisations cantonales)
  • Finale du championnat suisse de la montagne 1985
  • Championnat fribourgeois de la montagne 1991, 1997, 1998, 2000, 2003, 2005 2006, 2008, 2011, 2014, 2017 et 2019
  • Championnats suisses de la montagne 2002, 2009 et 2019
  • Manche de sélection suisse pour les Championnats du monde 2000, 2002 et 2017
  • Manche de sélection pour les Championnats d’Europe 2009, 2017 et 2019